Général

Dans deux ans, des avatars de robots japonais apparaîtront sur l'ISS.

D'ici 2020, à bord de l'espace internationalLa station peut recevoir plusieurs robots japonais à la fois qui seront engagés dans les travaux les plus sales et les plus dangereux, tandis que le véritable équipage de l'ISS sera en mesure de se consacrer pleinement à des projets plus complexes et scientifiques. L'envoi d'assistants assistants robotiques à l'ISS n'est qu'un objectif préliminaire de l'agence spatiale japonaise JAXA, qui, en collaboration avec la startup GITAI, développe des avatars de robots permettant aux habitants de la Terre d'effectuer des travaux dans l'espace par téléprésence.

"Avec l'aide de la robotique, nous voulons résoudre le problèmecoût et sécurité des déplacements humains dans l'espace. Nous parlons en particulier du développement des robots de téléprésence car d’un point de vue pratique et technologique, ils sont plus faciles et plus rapides à créer que les robots autonomes à part entière », commente Sho Nakanose, PDG de GITAI.

Le principe de fonctionnement du système est assez simple. L'opérateur sur Terre contrôle le robot à l'aide d'une combinaison avec capteurs et d'un casque de réalité virtuelle. L'avatar de robot humanoïde en orbite exécute les commandes de l'opérateur en temps réel.

</ p>

Une autre vidéo de GITAI montre comment un roboteffectue diverses actions dans un environnement proche des conditions de la SSI. Il gère divers commutateurs, ouvre des boîtes à outils et effectue d'autres tâches mineures.

</ p>

Chaque robot GITAI qui ira à l'ISS,sera équipé d'une caméra à 360 degrés pour le streaming vidéo sur Terre. Le retard du signal entre le robot en orbite et l'opérateur sur Terre sera d'environ 60 millisecondes.

"Cependant, avec la gestion de telles machines sur la luneIl peut y avoir des problèmes. En raison de la grande distance, le retard du signal dans une direction sera d’au moins 1,2 seconde. C'est-à-dire qu'après chaque action, l'opérateur disposera d'environ 2,5 secondes pour voir comment le robot l'a effectuée. Par conséquent, nous pensons que dans ce cas, il sera nécessaire d’utiliser des robots semi-autonomes », indique Nakanose.

«Nous avons été attirés par les travaux du docteur qui a développé des robots autonomes. Notre recherche vise donc également le développement actif de telles machines», a ajouté le directeur de GITAI.

Vous pouvez discuter de l'actualité dans notre discussion en ligne.

Avis Facebook pour l'UE ! Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB !