Général

La plus grande mission de nettoyage de l'océan des déchets plastiques a commencé

Pollution des océans par les déchets plastiquesRécemment, les environnementalistes sont de plus en plus préoccupés. Cela constitue une menace non seulement pour la survie des espèces marines, mais également pour la planète dans son ensemble. Et juste ce week-end, une mission très ambitieuse de nettoyage des océans du monde commence dans le port de Los Angeles.

Selon les données disponibles, aujourd'hui enEnviron 350 millions de tonnes de déchets plastiques flottent dans les eaux des océans. Le principal problème associé aux déchets plastiques est qu’ils sont extrêmement hétérogènes et petits. Et c'est très difficile à assembler. Pour résoudre ce problème, les scientifiques ont estimé qu'une bonne solution consisterait à créer des barrières permettant de concentrer le plastique à un endroit donné, afin de l'assembler ultérieurement. C'est à cette fin que le navire Ocean Cleanup laisse à bord plus de 600 mètres de canalisations d'eau légère en provenance d'un des ports de Los Angeles.

"Pour la première fois, un tel appareil ne sera pas testé enlaboratoires, mais dans des conditions réelles. Et si l'expérience réussit, nous aurons une réelle opportunité de nous débarrasser de la "plaie plastique" - ont déclaré les développeurs du projet

Des outils spéciaux sont installés sur les tuyaux pourtirer et ramasser les ordures. Il doit tomber dans ces «capteurs» et s'y installer, après quoi il n'aura plus qu'à le récupérer. Malgré tous ses mérites, le projet comporte actuellement des «points blancs». Par exemple, on ne sait toujours pas comment les dispositifs affecteront l'existence de la vie marine ou comment les canalisations survivront à la tempête.

"Nous sommes confiants que, si nous réussissons, avec l'aide de notre"La technologie peut être éliminée de l'océan avec la moitié de tous les déchets en plastique en 5 ans, et d'ici 2040, l'océan mondial peut être nettoyé à 90%."

Croyez-vous au succès de tels événements? Parlez-nous de cela dans notre télégramme