Gadgets

Les données de 60 millions de clients de Sberbank étaient dans le domaine public


Protection des données confidentielles fourniesLes clients des banques relèvent directement des institutions financières. Néanmoins, des fuites parfois importantes se produisent, conduisant à la publication d'informations sur les titulaires de comptes et de cartes bancaires. Récemment, une base de données de clients de Sberbank, l'une des plus grandes banques de Russie, a été publiée sur Internet. Elle contient des informations sur 60 millions de déposants d'une institution financière. Selon les experts, une telle fuite pourrait devenir la plus importante de l'histoire du système bancaire russe.

Les premières informations sur une éventuelle perte de base de donnéesfourni par DeviceLock, une entreprise de cybersécurité. Sur des forums sur Internet, des spécialistes de l'entreprise sont tombés sur une publicité pour la vente d'une base de données de cartes bancaires. Les attaquants ont proposé une version «d'essai» de la base de données, composée de 200 lignes, contenant des données sur les clients de différentes villes desservies par la banque territoriale de l'Oural de la Sberbank.

À la suite de l’étude des données fourniesleur authenticité a été prouvée. Selon certaines publications, Sberbank a complètement déchargé la base de données et il ne s'agit pas d'une perte d'informations locale. La base de données perdue contient des données sur 60 millions de cartes bancaires, y compris celles déjà fermées (le nombre d'enregistrements actifs est d'environ 18 millions).

La Sberbank elle-même reconnaît jusqu'à présent uniquement la perte de donnéespour 200 clients. Une enquête a été ouverte à la banque et les forces de l'ordre ont été impliquées. Le relevé bancaire indique que les clients ne doivent pas craindre de perdre des fonds sur leurs comptes. Premièrement, la base de données ne contient pas le code CVV et, deuxièmement, pour les paiements à distance, vous devez entrer le mot de passe SMS reçu sur les téléphones du client.

Source: Kommersant