Gadgets

Les données personnelles en Russie, ils veulent utiliser sans le consentement des propriétaires


En Russie, ils veulent autoriser l’utilisation de données personnelles.citoyens sans leur consentement. Les amendements correspondants à la loi sur les données personnelles ont été soumis récemment au gouvernement. Si elles sont acceptées, cela contribuera au développement du Big Data, ainsi qu’à l’amélioration des activités de tous les services russes et municipaux.

Les experts estiment que ce type de données n’est passera à vendre. Ils ne devraient être transférés que pour améliorer des services tels que l'amélioration urbaine, l'analyse du trafic routier ou la demande de services, etc. Les opérateurs devront dépersonnaliser les données personnelles dans un état où l’identité de leur propriétaire serait impossible à divulguer avec des informations supplémentaires.

Ce terme désigne des informations surl'âge et le domaine d'une personne, son emplacement, le contrôle moyen de la communication mobile. Si nous parlons de sociétés Internet, les données personnelles incluront l'historique de recherche des demandes de l'utilisateur, des informations sur le statut de ses factures électroniques et des achats effectués en ligne.

Nikita Danilov préside le comité juridique deAssociations Big Data. Selon lui, il est tout simplement irréaliste d’obtenir les autorisations nécessaires de dizaines de millions d’utilisateurs, abonnés et clients de diverses ressources. Les données impersonnalisées n'enfreindront pas leurs droits, mais elles apporteront sans aucun doute des avantages à l'économie et à la société dans son ensemble.

Et pourtant, comme l'ont noté d'autres experts, la croissanceLa circulation des données sur les personnes augmente le risque de fuite. Les analystes de TMT Consulting estiment que les problèmes ne peuvent survenir que si des informations sont volées avant d'être dépersonnalisées.

Des commentaires ont été donnés par le directeur général de l’agenceLe quotidien télécom Denis Kuskov. À son avis, la procédure de dépersonnalisation manque de transparence. Rien ne garantit que l'identité de la personne d'origine sera impossible à établir. Kuskov pense que cette question doit être davantage développée organisationnellement et techniquement.

Selon le représentant du vice-premier ministre Maxim Akimov, ces amendements ont déjà été approuvés par le cabinet des ministres du gouvernement russe.

Source: Izvestia