Gadgets

Un implant pour le traitement du VIH a été développé. Il fournit des médicaments à une personne tout au long de l'année.

Malheureusement, aujourd'hui n'est pas à 100%virus efficace d'immunodéficience humaine (VIH). Cependant, il existe encore des médicaments assez efficaces pour contenir et supprimer l’activité du virus. Et nous vous informons régulièrement des nouveaux développements dans ce domaine, alors abonnez-vous à notre chaîne Telegram afin de ne rien manquer. Mais souvent, toutes les méthodes de traitement nécessitent des médicaments à long terme, ce qui est très gênant, vous le voyez. Cependant, un certain nombre de chercheurs américains ont mis au point un implant sous-cutané, qui peut non seulement administrer régulièrement des médicaments dans le sang humain, mais également le faire pendant une année entière.

Espérons que les scientifiques pourront toujours trouver un traitement curatif contre une maladie aussi dangereuse que le VIH.

Comment un implant aide-t-il à guérir le VIH?

Le nouvel appareil est le résultat de sept anscollaboration entre les différents départements de l’Université de Caroline du Nord et de l’Université de Caroline du Nord. L'implant est composé de trois éléments: un solvant organique, un polymère et les préparations elles-mêmes. Ces trois composants forment un liquide de consistance semblable à celle du miel, qui durcit après l'injection, car le solvant interagit avec l'environnement corporel.

En ajustant le rapport entre le polymère et le médicamentmédicaments, vous pouvez atteindre différents taux de leur libération dans le corps. Il existe aujourd'hui des technologies de traitement et de prévention du VIH utilisant des médicaments antirétroviraux, dont le schéma thérapeutique oblige les patients à prendre plusieurs médicaments en même temps, pendant plusieurs heures chaque jour. Et il est très difficile à mettre en œuvre, surtout dans les régions éloignées.

Intéressant: L'éditeur de génome CRISPR a d'abord été utilisé pour traiter le VIH

Dans une étude publiée dans la revue NatureCommunications, six médicaments antirétroviraux ont été testés, qui ont tous conservé leurs propriétés physiques et chimiques en tant que partie intégrante du médicament après sa libération dans l'organisme. Les six médicaments ont réussi à maintenir des niveaux de concentration appropriés pendant presque un an. Les chercheurs soutiennent également que l’implant peut être facilement retiré chirurgicalement une semaine après l’implantation et plusieurs mois après. Cette situation peut survenir si le patient ne répond pas bien à l’implant. À un stade ultérieur, une intervention chirurgicale plus grave sera nécessaire.

Traitement préventif du VIH quiconsiste en une injection une ou deux fois par an, ce sera très pratique pour les médecins et les patients. - Dit le premier auteur principal de l'étude, le Dr Rahima Benhabbur. Cette technologie est prometteuse non seulement pour le traitement du VIH, mais également pour toute autre maladie nécessitant un traitement quotidien. Nous parlons d'une injection de drogue sûre et longue qui ne nécessite pas de déplacements constants à l'hôpital.

Dans le même temps, les chercheurs notent également quel'efficacité du médicament dépend souvent non seulement du fait de prendre le médicament, mais également du strict respect du schéma thérapeutique. Un nouvel implant supprime ces limitations. Bien entendu, n'oubliez pas que la technologie n'en est qu'au début de son parcours et qu'elle n'a réussi que la première étape des tests. Pour que de tels développements «passent au clair», de nombreuses recherches sont nécessaires.

Modification de la section transversale de l’implant après la libération du médicament dans les 30 jours suivant l’injection

En particulier, les experts se concentrent maintenant sur le recrutementun grand groupe de volontaires pour identifier les pôles et les inconvénients de la technologie par rapport aux méthodes traditionnelles de traitement. De plus, la nouvelle méthode de traitement n’a pas encore été approuvée par la FDA (Food and Drug Administration) et, sans cela, aucune des méthodes les plus prometteuses ne peut être utilisée à grande échelle.